2ème extrait (maquette) du projet Hip-hop Panda : Tu brilles

Le 29/01/2018 Oihana nous quittait. Ce 2ème extrait du projet Hip-hop Panda, à l’état de maquette, lui rend hommage.

Tu brilles

Tu cours à petits pas, sur le quai dans le froid
Je descends du train, je t’aperçois, tu te blottis dans mes bras
Ta joue sur mon coeur, dans tes cheveux mes doigts
J’suis dingue de toi mais toi tu l’sais pas
Très vite on se marie, on verra où ça nous mène
Difficile dès le début, couple de fin de semaine
Mais on est là, toujours debout à chaque mauvais coup
Invincibles, insouciants on a la jeunesse pour nous
Chaque jour qui passe je suis toujours plus déter
Au début j’vois pas que ton moral s’altère
Trois fausses couches et puis jour de tempête
Notre fils voit le jour le 23-12-2007
On se dit que les choses s’arrangent mais ça va tourner court
La vie joue parfois de très mauvais tours
Pas facile de garder le cap, mais toi tu pars pas en vrille
Tes démons frappent mais quoi que tu fasses tu brilles

Pour quelques erreurs te voila bien trop accablée
Seule pirouette, nième TS par abus de cachets
Neufs mois en clinique, c’était plus qu’un burn-out
Bipolaire, le mot est lâché, difficile coming-out
Peur de gêner, trop fière pour demander
Ton refuge la solitude, ton unique alliée
On me demande des nouvelles, on vient pas te parler
J’voudrais tellement leur crier qu’t’es pas pestiférée
Mais j’comprends, moi-même j’suis absent
Le boulot, la maison et puis bien sûr notre enfant
Il t’attend, il est patient, il t’aime tellement
Pour lui tous les matins tu vas de l’avant
Après chaque victoire, un nouveau combat
Tu relèves les défis, brave petit soldat
Jusqu’à ce matin de janvier où ton coeur vacille
T’es partie, et comme toi nos yeux brillent

Au début c’était comme si t’étais encore là
Les trucs dans le frigo que j’avais pris pour toi
Ta petite laine sur ta chaise pour quand t’avais froid
Ton téléphone qui vibre et que j’éteins pas
Même dans nos mots passe y a des dates clés
Faudrait que j’les remplace mais comment t’effacer
T’as guéri de ta maladie sur le chemin du paradis
Mais y a pas que ta vie que cette salope à pourrie
Quand je croise une ambulance je repense au SAMU
J’ai déjà tombé l’alliance mais tu m’avais pas attendu
Le deuil est fait car depuis longtemps t’étais plus toi
Même si je guettais tous les jours ces petits instants de toi
On n’oublie rien, on continue juste notre chemin
Et on te souhaite de trouver la paix sur le tien
Parfois je dis à notre fils d’admirer le ciel qui scintille
J’me dis que parmi les étoiles il te voit qui brille

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>